Sabine Niedzwiedz

  • Sabine Niedzwiedz
  • Sabine Niedzwiedz
  • Sabine Niedzwiedz
  • Sabine Niedzwiedz
  • Sabine Niedzwiedz
  • Sabine Niedzwiedz
  • Sabine Niedzwiedz
  • Sabine Niedzwiedz
  • Sabine Niedzwiedz
  • Sabine Niedzwiedz
  • Sabine Niedzwiedz
  • Sabine Niedzwiedz

Les peinture-poèmes de Sabine Niedzwiedz

Des toiles à rêver d’histoires vraies, des toiles à savoir faire penser et voir, qui offrent des visions sensibles, intimes, intérieures et humaines.

Des mondes parfois difficilement traversés en voyage, (on le sait et on le dit peu…), mais qui ne seront pas oubliés, car patiemment observés, dessinés sur le vif, ainsi affrontés. Des moments de vie, de rencontres… ainsi sauvés, de l’ oubli, voir de l’ indifférence programmée. Peut-être alors métamorphosés.Tout cela se secrètent, longuement, à son retour… en secret.

Leur naïveté n’est qu’apparente, il faudra voir au-delà… elle est surtout audacieuse, vraiment, dans ce monde d’intelligents, qui n’ont souvent plus grand chose à dire et restent bien cachés derrière un art conventionnel et bien-séant.

L’authenticité de ce travail de peintre, tient justement au fait qu’on est loin d’y trouver un système qui se répéterait sans fin. Bien au contraire chaque toile est unique. Une nouvelle recherche onirique et mystérieuse, parfois aussi rieuse car faite de surprises tant technique que sémantique, faite de pas dans l’inconnu pour un temps indéfini. C’est certainement une exploration au long-cour, où l’on peut suivre à la trace, ses doutes et ses questions…ses certitudes aussi. Et tout cela, tel quel, c’est rare et je crois qu’ elle l’assume pleinement, car elle sert à mieux révéler ses intentions de dire, sans travestissement, l’humain multi-facette, pile ou faces et facéties, tel qu’ il est, dans le fond.

Cette scène se passe dans l’ eau ou dans le vent ? On ne sait pas, mais il y a des yeux profonds qui pleurent tout en se concentrant, s’interrogeant…il y a des regards qui font face.

Dans la peinture de Sabine, il y a des visages, beaucoup de visages et de grands yeux clairs, simples et beaux, souvent des enfants, qui vous regardent droit, dedans.

Il y a de la multi-couleur, joyeusement, et savamment posée, libérant les mille facettes d’un prisme qui se révèle tantôt subtilement, par petites touches, tantôt en aplats tranchants, nets, sans concessions, dans ces deux cas, elle sert une expression vivante, sûre, très singulière.

Ces compositions sont à multiples-plans, comme de multiples ouvertures au monde. Elle y déploie une superbe maîtrise des découpes, des couleurs et des matières tantôt presque effacées, usées, craquelées, tantôt douces ou flous, flamboyantes et codées.

Comme la lune ou comme notre cerveau, émotionnel et/ou « mental », ou comme un corps vivant, le tableau est souvent divisé en quartier, en zone chaudes, ou froides, très sombres ou lumineuses, tranchées, définies, ou transparentes dans un mix où abstrait et figuratif se donnent la main. Le regard plonge, s’arrête, s’étonne, se ballade, s’amuse et …s’il s’interroge à son tour, c’est bien joué !

Il y a de la multi-culture, d’abord sa culture de peintre lui permet des complicités visibles au sein de ses compositions. Sans les copier, avec ce que nous pouvons reconnaître de l’œuvre de ces peintres-amis, comme des icônes aimées : Brueghel l’ancien revisité, Vierra da Silva en plus vives teintes, Odilon Redon le Symboliste, Gauguin pour ses voyages lointains et l’audace de ses couleurs, Modigliani enfin, s’y reconnaîtrait sans doute, pour ces portraits sculptés, aux pinceaux…

Cette multi-culture, ses influences, propre aussi à son héritage natal contrasté, sont à reconnaître dans les éléments qui forment le lyrisme de ses toiles : de la déforestation, aux forêts habitées par les fées, des fonds sous-marins au milieu urbain, des scènes à l’ allure mythologique, à un univers enfantin, le terrain de jeux de son art repousse ses limites et les nôtres. Nous en libère, peut-être ?

Il y a la naturaliste, un peu chamane, la portraitiste, la voyageuse, la conteuse, la créatrice de jardin…et enfin la céramiste. Mais là, c’est encore, une tout autre histoire.   Isabelle Célingant

Site Sabine Niedzwiedz

BIO

Depuis 1994, Sabine Niedzwiedz a réalisé, une trentaine d’expositions personnelles et collectives en France et en Europe. Aujourd’hui, installée dans le Berry, elle se revendique Sculpteuse et revisite le monde de la céramique en apportant un savant mélange de techniques, d’ingéniosité et surtout son inconstestable imaginaire.

Quelques expositions  - Prix - Bourse

2016 Exposition de la Bourse Renoir, Paris
2015 Galerie Giron d’Art, Ariège
2015 Exposition Collective - Cathédrale de Jean Linard, Cher
2011 Prix Cogedim de la première oeuvre : Réalisation d’une sculpture monumentale en céramique “Carmen” - Porte de Vanves, Paris
  Prix d’excellence Artadiction collage, Londres
2010 Galerie Eric Dumont, Troyes
2009 Musée Halle St Pierre, Les oiseaux du jardin de Paul, Paris
  Galerie No Smoking, Strasbourg
2008 Prix de sculpture - Biennale de Baugé
2007  Le jardin des mousses - Installation dans le métro de St Lazare, Paris
2003 Prix d’encouragement - Fondation Charles Oulmont
2002 Aide individuelle à  la création - Ministère de la Culture
1997   Galerie Lefor Openo, Paris
1996 Lauréate Le Franc Bourgeois - Fondation Coffim
1995 Prix de dessin, Fondation Pierre-David Weil - Fondation de France

Haut de page